Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • PROCRASTINATION

    Définition:

    La procrastination est un terme relatif à la psychologie qui désigne la tendance pathologique à remettre systématiquement au lendemain quelques actions, qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non. Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque ça ne lui procure pas de gratification immédiate.

    Ethymologie:

    Procrastinatio, onis, f, : remise au lendemain. En français : procrastination. Retard coupable./De procrastino, are, verbe transitif : renvoyer au lendemain. / De pro, préposition : devant, en avant; et cras, adverbe : demain.

    Profils et comportements types:

    Cette tendance apparaît souvent au fil des études (cela peut débuter dès l’école primaire [moi, ça a commencé au lycée et ça s'est quelque peu, si ce n'est carrément aggravé à la fac!]) et affecte en particulier des étudiants doués [ça, c'est moi! :))], habitués à réussir les épreuves avec aisance [encore moi...] et à être reconnus pour leur talent [toujours moi...]. Devant soutenir un effort inhabituel face à une difficulté, ils perdent confiance en eux [oui, c'est vrai! :(] et ressentent une angoisse [et quelle angoisse! A ce niveau là, c'est même plus de l'angoisse, mais de la panique!].

    La majorité des personnes affectées par la procrastination l’est en général aussi par le « perfectionnisme » [c'est malheureusement vrai, danas mon cas tout du moins!], c’est-à-dire la tendance d’une personne à estimer inacceptable un travail qui ne s'approche pas de la perfection. Comme il est rare de pouvoir atteindre la perfection autrement que par essais et erreurs et que la personne n’accepte pas l’idée de faire une erreur [pas tout à fait vrai: les autres ont le droit de faire des erreurs, pas moi! C'est grave, docteur??], elle contourne le problème en ne faisant rien [touché!]: par exemple la nécessité d’un rangement ou d’un classement est sempiternellement différée parce qu’on n’a pas le temps de faire quelque chose de parfait [je n'ai toujours pas rangé mon armoire à vêtements... J'en ai juste fermer la porte pour ne plus sentir le silence accusateur de mes fringues qui réclament à être enfin rangés! Trop de pression, je vous dis!], et on ne fait donc rien du tout.

    Cependant, être un « retardataire » ne signifie pas ne rien faire. Au contraire, le sujet peut être pris d’une véritable frénésie d’activités (aller faire les courses, entamer un grand ménage de printemps, repeindre les volets, prendre des nouvelles de la grand-mère, faire de la maintenance informatique, etc.)[toujours vrai: par exemple, je me suis améliorée en cuisine, j'ai fait joujou avec mon tumblr, j'ai amélioré mon anglais en regardant Privileged, j'ai aidé ma soeur pour son CV en anglais...], tant que celles-ci ne possèdent aucun rapport avec LA tâche problématique (par exemple faire un rapport [préparer mes tds et ficher mes cours]).

    La procrastination peut se développer à différents niveaux, du bénin au malin. Si elle se concentre sur des choses sans conséquence (faire la vaisselle, remplir sa déclaration de revenus, etc.), le sentiment de protection qu’elle apporte peut valoir au « retardataire » tous les tracas qui s’ensuivent. Dans les cas les plus sévères, le procrastinateur peut être amené à avoir des problèmes juridiques, à divorcer, à perdre son emploi voire à se suicider [oh mon dieu, pas jusque là quand même!].

    On recense trois domaines privilégiés de la procrastination :

    • dans les études (et plus tard la vie professionnelle), [oui, c'est vrai, et c'est bien le problème!]
    • dans la vie quotidienne (procrastination routinière), [encore vrai]
    • dans les prises de décision (procrastination décisionnelle). [toujours vrai! Tu m'énerves wikipedia!]

    Les étapes qui mènent au report s'auto-entretiennent [vicious circle!].

    1. Vous souhaitez faire quelque chose
    2. Vous décidez de le faire
    3. Vous reportez sans vraie bonne raison
    4. Vous constatez les désavantages de ce report
    5. Vous continuez cependant à reporter
    6. Soit vous vous en voulez, soit vous trouvez une excuse rationnelle, soit vous évacuez ce problème
    7. Vous continuez à reporter
    8. Vous réussissez à faire votre tâche juste à temps, avec un maximum de stress, ou bien vous terminez trop tard, ou bien vous ne le faites jamais
    9. Vous vous sentez coupable [trèèès coupable!] d'avoir ce comportement
    10. Vous jurez [toujours avec la même conviction à chaque fois...] qu'on ne vous y reprendra plus
    11. Peu de temps après, vous recommencez

    Raisons probables:

    - peur de l'échec:

    Le sujet préfère retarder le travail au maximum jusqu’à estimer qu’il est trop tard pour le faire. Il dispose alors d'un prétexte à l'échec. On retrouve ici par exemple l'une des raisons qui caractérisent le syndrome de l'étudiant [je ne savais même pas que ça existait! Tout de suite, je me sens moins seule!!].Cette attitude semble liée à une éducation exigeante, fondée sur une culture du résultat. Le sujet prend l’habitude de ne plus pouvoir engager une action sans penser à l’évaluation qui la suivra et cherche alors à éviter les conséquences fâcheuses. La procrastination peut se trouver chez des sujets très doués dans leur domaine et — paradoxalement — manquant de confiance en eux en profondeur. Exemple : un étudiant qui stresse à l’idée de rendre un mémoire inintéressant [un commentaire d'arrêt pourrave??].

    - peur de la réussite:

    Le sujet craint qu’en réussissant il s’attire la jalousie des autres et/ou qu’alors il soit chargé de nouvelles responsabilités, de nouvelles attentes plus élevées auxquelles il ne se sent pas capable de faire face. Il essaie alors de ne pas paraître parfait ni trop comblé. Cette peur peut provenir d'une jalousie fraternelle ressentie lors de l’enfance. Il peut aussi avoir la sensation qu’il menace ses parents ou mentor par sa réussite.

     

     Ou comment se faire psychanalyser par Wikipedia... (source principale de ce billet, excepté tout ce qui est relatif à ma vie évidemment! :))

    Conclusion: je suis dans la merde jusqu'au cou!! (même wikipedia le dit! :))

    Bilan des courses: je continue de manger du chocolat noir (c'est bon pour le magnésium et le futur travail intensif de mes méninges! :) et boire du thé (bon pour la peau!), encore plus flippée qu'avant de lire cet article (Elles sont où les solutions?? On fait comment pour s'en sortir??)en espérant que demain, ça ira mieux!! (procrastinating, again! :))

    Lien permanent Catégories : Melle C & ses blablas existentiels 7 commentaires Imprimer Pin it!
  • Au concert de Patrick Watson

    Comme promis, le billet consâcré au concert, avec un peu de retard, parce que j'aime à penser que je ne passe pas tout mon temps sur internet! :), avec les photos des Vieilles charrues mais mes impressions sur le premier concert en salle (je sais, c'est logique! mais comme ça, vous aurez l'impression d'avoir été aux 2! :))

    Vieilles charrues 2008 (17-21 juillet 2008) 396.JPG
    Impressions à chaud:
    c'était GENIAL, SUBLIME, MAGIQUE!
     
    Je ne regrette absolument pas de l'avoir vu (même toute seule), ça valait vraiment le déplacement.
    Ca prend aux tripes, vous remplit les oreilles, vous donne des frissons partout, dès les premières notes de piano.
    C'est plein de sons, de piano, de guitares, de batteries, de pouic pouic, de toc toc, de tap tap, de glouglou (désolée, je ne connais pas les noms des instruments...) et une voix unique.
    2 rappels, plein d'humour, "man under the sea" dans le public, un chanteur à part, c'était... RENVERSANT!
     
    Ca fait largement oublier une première partie (une chanteuse inconnue au bataillon) un peu fade, des voisins de concert un peu agaçants (à vrai dire quasiment pas, mais il faut bien que je trouve quelques critiques...) entre le danseur (vous savez, celui qui danse tout le temps, même quand il ne faut pas) accompagné de la sautilleuse (sur nos pauvres pieds, bien entendu!), le connaisseur ( je cite "c'était pas un des membres du groupe??"* (c'était Patrick Watson himself, crétin!!)) et le soucieux ("j'aurais dû prendre des boules quiès" multiplié par 10 (au cas où tout le monde ne l'aurait pas compris)). Le concert n'a nullement été entâché par ces quelques petits désagréments.
    *( petite précision: c'était au moment des balances et les musiciens passaient sur la scène. Ce n'est pas non plus un crétin fini!)
    Je suis tombée amoureuse (encore! comme à chaque concert...) du joueur de batterie pour changer (toutes les filles savent qu'en général, les guitaristes ou bassistes sont les canons du groupe, sinon il faut regarder derrière la batterie!): un Simon mal coiffé, mal rasé (miam!)...
     
    Tout ça pour dire: dès qu'ils repassent, j'y retourne*!! Pour Simon, Patrick et toute la smala... et la musique bien sûr!!
    * NDLR: Et j'y suis retournée quelques mois plus tard! :)
    Vieilles charrues 2008 (17-21 juillet 2008) 373.JPG
    Vieilles charrues 2008 (17-21 juillet 2008) 388.JPG
    Vieilles charrues 2008 (17-21 juillet 2008) 393.JPG
    Vieilles charrues 2008 (17-21 juillet 2008) 404.JPG
    Vieilles charrues 2008 (17-21 juillet 2008) 462.JPG
    Vieilles charrues 2008 (17-21 juillet 2008) 383.JPG
    Vieilles charrues 2008 (17-21 juillet 2008) 379.JPG
    (photos toute prises par moi-même (je vous ai bien évidemment épargner les râtés :)
    (d'ailleurs ça m'étonne que le monsieur des barrières ne m'ait rien dit, parce que d'une, normallement, on n'est pas censé avoir d'appareil photo sur le site, et je trouve soit dit en passant cette règle débile parce qu'on a forcément envie de ramener des souvenirs, et de deux, parce que je photographiais juste devant lui...)
    Voilà, c'était la séquence souvenir!
    Lien permanent Catégories : Melle C & les concerts 4 commentaires Imprimer Pin it!
  • Chanson de la semaine: Patrick Watson, Slip into your skin

    patrick watson 01.JPG
    (photo prise au premier concert, pendant The Man under the sea chanté dans le public)

    C'est sûrement une de mes chansons favorites (si on exclue Drifters, The Great Escape par laquelle j'ai découvert Patrick Watson ou encore Luscious life! :)). J'aime l'univers du groupe, planant, envoûtant, magique. Et c'est encore mieux de les voir jouer sur scène, utiliser plein d'instruments bizarres que je ne connais pas.

    J'ai eu la chance de pouvoir voir le groupe  deux fois cette année, en salle pour la première fois, et au festival des Vieilles Charrues, sur la scène Xavier Graal, où il y avait peu de monde parce qu'un plus gros concert était donné à ce moment là et où je me suis retrouvée tout devant, à la barrière (première fois de ma vie pour un concert! :) et j'ai pu donc prendre plein de photos, chose que j'avais regretté la première fois où je n'en avais pris qu'une, plus ou moins réussies, parce que c'était aussi le jour de mon anniversaire et toutes les bierres que m'offraient les bénévoles des bars n'ont pas aidé pour la netteté... mais il y en a quand même quelques unes pas mal, que j'ai décidé de vous faire partager dans le billet suivant, avec en plus ce que j'avais écrit lors du premier concert! Ouh ouh, c'est mercredi, c'est folie! 2 billets dans la même journée!! :))

    Mais tout de suite, la vidéo: La qualité de la vidéo n'est pas superbe, mais la qualité du son est très bonne et la magie est là! :)

    Lien permanent Catégories : Melle C & sa playlist 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Nouveau it joujou

    tamara-muth-king.jpg
    Photo: Tamara Muth-King

    Grâce à Camille la it girl, j'ai découvert aujourd'hui un nouveau joujou, Tumblr, sorte de bloc- notes, carnet de souvenirs ou pense-bête virtuel et j'aime beaucoup parce que ça me permet de rassembler tout ce que je croise au détour de mes pérégrinations sur internet (photos, musique, idées looks...) et dont je ne parle pas, ou pas encore, sur ce blog.

    Evidemment, aussitôt vu, aussitôt adopté! :)

    Alors j'ai créé mon pêle-mêle (oui, je ne suis rien qu'une copieuse! ;)), assez facilement, en quelques secondes, et j'ai commencé à le remplir.

    Et une raison de plus de passer du temps sur internet! :)

    Lien permanent Catégories : Melle C & le web, Melle C & ses blablas existentiels 9 commentaires Imprimer Pin it!
  • Wonderwall

    Une de mes chansons favorites (pour l'originalité, on peut repasser! :)), est Wonderwall chanté par le groupe qu'on ne présente plus Oasis. Je ne sais  pas pourquoi cette chanson m'a toujours troublée... En ne cherchant pas très loin, je pense que les paroles y sont pour beaucoup! :). Et, pas du tout original du tout non plus, c'est LA chanson par laquelle j'ai découvert ce groupe, qui s'ensuivit par une très grosse période d'Oasis addict! :)

    Alors, générallement, quand il y a des adaptations de chansons que j'adore, je suis assez prudente. J'ai trop le souvenir de reprises foireuses dans ma prîme jeunesse (genre Goldman par les Worlds Appart!) pour m'enthousiasmer tout de suite!

    Et puis, il y a eu cette reprise par Ryan Adams, absolument sublime, qui me l'a d'ailleurs fait préférer à l'original parce qu'elle accentuait ce côté mélancolique, désespéré, je trouve, de Wonderwall, que le dépouillement de l'interprétation (une voix, une guitare) donnait encore plus de poids à la chanson.

    Et puis, ensuite, il y a cette interprétation par Noel Gallagher au Grand Journal, seul avec sa guitare, qui m'a presque fait lâcher Ryan Adams, plus rugueuse, plus rauque. Malheureusement, impossible de trouver cette version sur le net.

    Et puis, dernièrement, je suis tombée sur cette version par Cat Power. Et là, je dis Waouh! Quelle voix! Ca m'a d'ailleurs réconciliée avec elle, que, j'ai honte de l'avouer, je connais peu, parce que la période The Greatest à fond les ballons diffusée sur toutes les ondes, ça m'a calmé direct l'envie de la découvrir et j'ai mis de côté le cd que mon papa m'avait gentiment offert. Mais là, cette chanson et son interprétation m'ont faite changer d'avis et je vais de ce pas réparer cette impair! :)

    Finalement, je crois que j'aime la façon dont certains artistes se réapproprient des chansons, qui semblent au départ irréappropriables tellement leur auteur  et la première version donnée sont marquants, comment ils vont la réinterpréter et y apposer leur univers, comment au final une chanson va avoir une nouvelle vie.

     

    PS: quelq'un sait pourquoi il est impossible de mettre plusieurs vidéos, chansons, et pourquoi le texte, après la vidéo, s'efface systématiquement après enregistrement de la note?

    Lien permanent Catégories : Melle C & la musique 3 commentaires Imprimer Pin it!